Communauté de Kitcisakik

L’implication de Canoë de l’Espoir dans cette communauté

Nous sommes impliqués sur cette communauté depuis l’année 2011 et nous avons commencé nos voyages avec l’église Living Water Assembly de Mistissini (communauté autochtone où nous habitons). Nous les remercions de nous avoir introduit auprès de ce village. Nous avons été touché par la situation social de Kitcisakik et nous y avons apporté l’Évangile et de l’aide sous diverses formes comme notre projet rénovation, distribution de vêtements, camp de jour,… Nous y voyons aussi des coeurs assoiffés spirituellement. Une assemblée de croyant en Jésus-Christ vient de naître. Leur foi en leur Créateur et en Christ s’enracine et devient forte. Nous leur rendons visite sur une base régulière. Depuis avril 2014, le Pasteur Luc Desjardins et son épouse Linda se sont joint à notre équipe et visite le village aux deux semaines pour y apporter la Parole de Dieu et les soins pastoraux

Un peu d’histoire de Kitcisakik

La communauté algonquine de Kitcisakik est située dans le parc De La Vérendrye soit à 6 km de la route principale et à environ 1 heure de la ville de Senneterre et et de la ville de Val d’Or.

Depuis bon nombre d’année, les algonquins de ce village se battent pour une reconnaissance de leur statut et de leurs droits ancestraux sur les terres. Ils refusent d’être relocalisés plus loin dans les terres. Leurs revendications sont d’avoir une meilleure qualité de vie et un meilleur avenir pour les générations futures. Ce combat a un prix, ils ont une qualité de vie comparable au tiers-monde. Ils vivent dans des cabanes souvent composées d’une pièce. Leur maisonnée n’est ni isolée, ni branchée à l’eau courante et ni à l’électricité. Ils sont plus souvent qu’autrement oubliés.

Leur vie sociale en est impactée négativement, l’opportunité d’emploi est quasi inexistante, une majorité des habitants sont des femmes monoparentales avec plusieurs enfants qui vivent dans un quotidien ou la drogue et l’alcool affectent la communauté. Malgré ce sombre tableau, c’est un peuple au grand coeur qui cherche des solutions pour un avenir meilleur. Nous avons toujours été bien accueillis et nous voyons un réel effort de cette communauté pour allez de l’avant. Nous savons qu’un jour cette communauté sera un symbole de paix et de joie. Leur combat est digne d’être appuyé.

Un petit mot sur les Algonquins ou Anishinabes

De tradition nomade, leur sédentarisation a débuté au début du 20ème siècle. Avant que les colons, les prospecteurs et les bûcherons affluent et perturbent leurs activités traditionnelles, ils vivaient au rythme des saisons. Leur mode de vie s’articulait autour de la chasse, la pêche et la cueillette. L’été était la saison des rassemblements et des mariages tandis que l’automne, les familles repartaient vers leur territoire de chasse pour y passer l’hiver. La langue algonquine est encore parlée dans plusieurs communautés et beaucoup d’anciens ne parle ni français et ni anglais.

Certaines des informations sur les Anishinabes ont été pris sur www.autochtones.gouv.qc.ca, sous la rubrique publication et documentation.

Vous y trouverez des références intéressantes comme le document Amérindiens et Inuits, portrait des nations autochtones du Québec.